Trucs et Astuces

Trucs et Astuces de la grammaire et de l’orthographe

Quelques trucs et astuces pour s’y retrouver dans les règles de la langue française.

SANS

Astuce ampoule

Le mot « SANS » placé devant un nom peut être suivi du singulier ou du pluriel.

On fait appel à son bon sens pour trouver la bonne orthographe !

Ainsi, « Un ciel sans étoile » est un ciel qui ne posséderait aucune étoile,

et « Un ciel sans étoiles » est un ciel qui contient des étoiles que l’on ne voit pas.

Quelques mot admettent cependant les 2 orthographes :

  • sans nouvelle(s),
  • sans faute(s),
  • sans exception(s),
  • sans limite(s),

Le pronom « ON » : on accorde ?

L’accord avec le pronom « ON » dépend de ce à quoi il se rapporte :

 

  • Si « ON » = tout le monde, on le remplace par « il » et il reste à la troisième personne du singulier.

Exemple : Chez nous, on dîne à 20 heures.

Autre exemple : On dit qu’il pleut souvent en Bretagne.

 

  • Si « ON » = « nous », alors on accordera le participe passé ou l’adjectif à la première personne du pluriel.

Exemple : Hier, on est allés faire les magasins.

Autre exemple : On était très belles à la noce de Béatrice.

 

  • Dans un sens proche de l’ironie, « ON » peut se mettre à la place de « tu » ou « vous ».

Exemple : C’est à cette heure-ci qu’on arrive ?

 

  • Enfin, « ON » peut remplacer « je ». L’accord se fera donc à la première personne du singulier.

Exemple : Dix secondes, on arrive !

Attention : Dans toutes les conjugaisons de « ON », la marque de la personne se fait uniquement sur le participe passé. Le verbe ou l’auxiliaire est toujours à la troisième personne du singulier.

 

Tant pis ?

« Tant pis si les fous ne peuvent parler sensément des folies que font les hommes sensés. »

William Shakespeare

Cette expression, qui marque le regret, s’écrit bien en 2 mots !

Tant pis est une locution invariable.

Et vous, vous l’écriviez comment ?

 

KESAKO ?

Être dans les choux :

Un sportif dans les choux, même s’il est jardinier à ses heures perdues, est mal parti parce qu’il est distancé par ses concurrents. Se retrouver dans les choux, c’est être dans l’embarras, perdre, échouer dans son action.

Les linguistes appellent « paronymie » la contamination de sens de 2 mots dont les prononciations sont voisines, comme « les choux » et « échouer ».

Par évolution paronymique, être dans les choux a signifié être dans l’échec.

 

Il pleut averse ou il pleut à verse ?

On écrit « une averse », et il est tentant d’écrire « il pleut averse » par confusion avec le mot « averse ». C’est une erreur !

On écrit : il pleut à verse (en 2 mots) pour signifier qu’il pleut abondamment.

Voilà, vous ne ferez plus la faute !

 

Pourquoi le pronom personnel « ON » est-il toujours suivi du singulier ?

Le pronom personnel « on » est issu du nom masculin latin « homo » qui signifie « être humain » et qui donna également le mot « homme ».

Voilà pourquoi le verbe s’accorde toujours au singulier lorsqu’il a « on » comme sujet, bien que ce dernier réfère généralement à un nombre pluriel !

 

Le pluriel est-il correct après une expression négative ?

Écrire sans faute ? OU Écrire sans fautes ?

Il n’y a pas de faute OU de fautes ?

À vous de choisir, vous êtes libres de mettre un singulier ou un pluriel.

La grammaire n’y est pour rien, seul le sens doit dicter votre choix !

Exemples :

– Il a pris froid ; il était sorti sans manteau et sans bottes.

(il n’aurait pas attrapé froid s’il avait mis SON manteau et SES bottes.)

– Un texte sans faute (mais aussi) – Un texte sans fautes

(il n’y a pas de faute) (il n’y a pas de fautes)

– Des lectures sans intérêt (mais) un prêt sans intérêts

( nous n’avons qu’un intérêt) (on parle, dans ce cas, d’intérêts bancaires)

Un régal !

Livre au bonheur des fautes

Et la troisième source de fautes ?

La typographie (36,8 %).

Essentiellement la ponctuation : absence de point en fin de phrases (8,3 %), de majuscules en début…

Et la virgule (6,8 %). Or le mauvais placement de la virgule change la phrase et l’analyse syntaxique :

  • Et si on mangeait, les enfants ?
  • Et si on mangeait les enfants ?

Vous avez compris ?!

Pour commencer, un peu d’humour !